A MEDITER - Page 4
 
"Si nous ne pouvons plus rien apprendre, le maître, par contre, a encore beaucoup à enseigner".
J.L. Jazarin

"Habitués de nos jours aux débordements et aux épanchements des émotions, nous associons souvent la puissance avec un visage dur et grimaçant et une voix autoritaire.
Ces signes ne traduisent que l'insécurité et sont l'expression d'un mécanisme de défense. On ne peut avoir confiance en quelqu'un qui parle, insiste et promet trop. Les mots ne sont pas la forme la plus honnête de communication. Les actions, elles ne savent mentir et il faut savoir lire au-delà des apparences en laissant parler perception et intuition. L'étalage des sentiments n'offre que le spectacle médiocre d'acteurs ayant oublié leur véritable identité.

Enseigner un art martial de compétition n'aide pas à découvrir la vérité. La compétition peut se révéler constructive lorsqu'elle canalise l'agressivité. Elle stimule, repousse sans cesse les limites du corps humain, fait battre des records. Ceci est l'objectif majeur de toute discipline sportive. Mais le Budo n'est pas un sport, c'est un mode de vie et ses motivations sont différentes. Lorsque la compétition devient le seul élément moteur de la vie quotidienne comme c'est le cas dans les sociétés modernes, elle aboutit à la frustration, déforme la personnalité et détruit les relations humaines. Nous jugeons constamment les autres, les rabaissant ou les insultant au lieu d'échanger des idées. Beaucoup se sentant menacés dans leurs relations dissimulent leur sentiment d'insécurité en recherchant l'attention constante des autres. Ils veulent être des vedettes et leur vie n'est qu'une course qu'il faut gagner, C'est ainsi que naissent la méfiance, la jalousie et l'égoïsme : on oublie que la vie est un don merveilleux.

En assistant à des championnats, on s'aperçoit que l'attachement à la victoire a privé la plupart des arts martiaux de leur sens véritable. Que sont devenus technique et principes? ils ont été détruits par l'agressivité et la peur de perdre. Sur le ring, ils sont devenus de pâles imitations de la boxe et de la lutte et ont abandonné les principes enseignés par les grands maîtres. Seules la victoire et la défaite entrent en ligne de compte, offrant le spectacle d'un exhibitionnisme primaire. Il est évident que l'harmonie ne peut se développer dans un tel contexte. Le Budo n'est pas un sport.(…)"

SAKURA (la fleur de cerisier)